Accueil
»
Publications
»
Actualité du Québec
»
La lutte à l'itinérance doit être globale et inclusive

La lutte à l'itinérance doit être globale et inclusive

Lettre ouverte du Partenariat pour la prévention et la lutte à l'itinérance des femmes (PPLIF) et du Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) aux participants du sommet sur l'itinérance de l'UMQ.

La lutte à l'itinérance doit être globale et inclusive
MONTRÉAL, le 15 sept. 2023 /CNW/ - Le chiffre est tombé : 10 000 personnes en situation d'itinérance visible ont été recensées lors du dénombrement de 2022, dont au moins 2900 sont des femmes, un nombre qui est largement sous-estimé. Rappelons-nous que les femmes et les personnes de la diversité de genre vivent davantage l'itinérance cachée qui n'est pas comptabilisée dans cet exercice. L'itinérance est enfin sur toutes les lèvres, mais une fois de plus, on assiste à l'invisibilisation des réalités spécifiques des femmes. Alors que les pouvoirs publics semblent se mobiliser, quelle place ferons-nous aux femmes dans les discussions sur la prévention et la lutte à l'itinérance ?

L'itinérance touche de vraies personnes, il ne s'agit pas d'un débat théorique ou idéologique. Tous les jours, des femmes se font refuser l'accès à des ressources d'hébergement à cause d'un manque de place. En 2022-2023, les cinq maisons du Partenariat pour la prévention et la lutte à l'itinérance des femmes [PPLIF] ont comptabilisé 25 119 refus de ce type. C'est une augmentation de plus de 70 % depuis 2011.

À l'augmentation du nombre de femmes et de personnes de la diversité de genre en situation d'itinérance, s'ajoutent les multiples crises qui complexifient leurs réalités. Sur le terrain, cela se traduit entre autres par la croissance marquée des violences vécues et de la détresse psychologique. On observe aussi un nombre de plus en plus important de femmes vieillissantes, à mobilité réduite et/ou en perte d'autonomie cognitive ou ayant une trajectoire migratoire complexe.

L'itinérance est plus qu'une question de logements et ce constat doit se refléter dans les mesures mises en place. Il faut une diversité de ressources adaptées aux réalités des femmes et des personnes de la diversité de genre, et ce sur l'ensemble du territoire. Il faut davantage d'écoute et de reconnaissance de l'expertise des travailleuses des ressources communautaires pour femmes qui, tous les jours, sont aux premières lignes.

Le Sommet sur l'itinérance est une opportunité pour les instances politiques et publiques de réaffirmer leur engagement en matière de prévention et de lutte à l'itinérance. Nous les invitons à poursuivre leurs engagements en termes d'analyse diversifiée selon les sexes et intersectionnelle (ADS+) et reconnaître l'importance d'une telle démarche autant pour agir en amont d'une situation d'itinérance qu'en aval. L'ADS+ permet de considérer l'effet des initiatives (loi, programme, activités, etc.) sur les femmes et les personnes de la diversité de genre en plus de prendre en compte les différents systèmes d'oppression.

Omettre d'intégrer ce processus à l'ensemble des initiatives municipales, gouvernementales et institutionnelles, laisse pour compte les personnes à la croisée des oppressions, particulièrement les femmes et les personnes de la diversité de genre.

L'ADS+ est beaucoup plus qu'un acronyme à la mode pour prétendre à l'égalité, il s'agit d'un processus fondamental pour prévenir et lutter contre l'itinérance des femmes et tendre vers une société juste et inclusive. On ne peut plus ignorer que l'itinérance n'est pas qu'une question de visibilité, c'est un enjeu complexe aux multiples visages qui nécessitent des réponses diversifiées.

Chanel Gignac, Chargée de projet pour le Partenariat pour la prévention et la lutte à l'itinérance des femmes (PPLIF)

Annie Savage, Directrice du Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM)

Ressources et références
Organismes communautairesMon Index

Date de parution : 2023-09-15

Nombre de consultations depuis la parution : 16351

Identification : 1692

Publié par : Mon Index

Entreprises qui pourraient vous intéresser

• •  Affichez votre service ici  • •
Fiche complétée à 91%
Maison Oxygène Laurentides
Saint-Jérôme
Maison Oxygène Laurentides. Pour favoriser la préservation ou la consolidation de la relation père-enfant.
Moisson Laurentides - La banque alimentaire des Laurentides
Blainville
Moisson Laurentides assure un approvisionnement alimentaire optimal aux organismes communautaires desservant les personnes en difficulté dans la région des Laurentides et dans la MRC Les Moulins dans la région de Lanaudière.
Paternité Laurentides
Laurentides
Pour l'engagement paternel dans la région des Laurentides.
Fiche complétée à 91%
Service d'aide aux conjoints (SAC)
Montréal
organisme sans but lucratif s'adressant aux hommes vivant des situations conjugales difficiles. Aide aux hommes en difficultés conjugales. Services de groupe de soutien pour hommes en rupture de couple.
Fiche complétée à 91%
Diabète Outaouais inc.
Gatineau
Diabète Outaouais inc., organisme communautaire à Gatineau pour informer, sensibiliser et prévenir la maladie du diabète.

Catégorie liée à cette publication

Santé » Organismes communautaires
Suivez-nousOuvrir dans une nouvelle fenêtre Suivez-nous sur Facebook pour suivre les entreprises d'ici et l'actualité québécoise. Suivez Mon Index sur Facebook
Le répertoire Un répertoire québécois pour trouver des services et des entreprises au Québec. Le répertoire
Mon profil entreprise Inscrivez une ou plusieurs entreprises à Mon Index, l'annuaire commercial du Québec. Mon profil entreprise